Kimya I et II et leurs secrets

Publié le par Arsène

Le dernier mémo des députés du Sud Kivu à Hillary Clinton nous a poussé à chercher à approfondir la question des Hutu recyclés au Rwanda.

Nos sources à l’Est du pays indiquent qu’ « il existe bel et bien des Hutu qui combattent au sein du CNDP. Ils ont tous et indistinctement été incorporés dans les FARDC ; sans aucun critère de sélection. » D’où viennent-ils ? De différents horizons. « Certains ont été recrutés ici au Congo parmi ceux-là qui se disent Hutu Congolais, d’autres viennent fraîchement du Rwanda. Ces derniers sont des Interahamwe rapatriés par la Monuc. Recyclés, ils sont de nouveau recrutés moyennant promesses et reconduits au Congo pour grossir les ex-troupes de L. Nkunda », indiquent encore nos sources.

Qui dit recyclage moyennant promesses dit lavage de cerveau. « Certaines indiscrétions indiquent que Kigali, qui a peur d’héberger au Rwanda ces guerriers, aurait décidé plutôt « de les aider pour leur intégration sociale en RD Congo ». Les opérations en cours (Kimya I et II) viseraient cet objectif : « éloigner les Hutu le long de la frontières Congo/Rwanda, les éparpiller dans le fin fond intérieur du Congo où ils pourront vivre et contrôler les richesses du Congo au lieu de s’entasser dans le petit Rwanda natal. »

La paix dite prioritaire à Kinshasa aurait cela à payer comme prix. « Ainsi donc sur terrain, nos sources dénombrent dans les rangs des FARDC/CNDP dans Kimya 1 et 2, certaines « figures des anciens Interahamwe ». C’est le cas de Mr Maruhe. Il est colonel et commande les opérations KIMYA 2 (FARDC/CNDP en territoire de Mwenga. »

Voilà ce qui se passe : des guerriers recyclés au Rwanda sont renvoyés au Congo par ceux-là qui ont crié à la planification du « génocide » de 1994 ! Qu’est-ce que cela signifie ? Ne donnent-ils pas finalement raison à ceux qui affirment que le planificateur de tout ce qui se passe dans les pays des Grands Lacs depuis 1990, c’est Paul Kagame ?

Il semble que dans les rangs des Hutu, certains ont compris cela. Nos sources indiquent que « certains d’entre ces Hutu désertent les rangs des FARDC/CNDP et préfèrent rejoindre leurs compères Interahamwe dans les maquis, car croient-ils, il ne sert à rien de continuer à s’auto-tirer dessus. » D’après nos sources, voici les noms cités : le capitaine Banana, le capitaine Garuku Secyera, le capitaine Ndayisenga Gérard, le lieutenant Ngirabakunzi Baptiste, l’adjudant Nsengiyumva Bagira Babiri, le sergent Mwunvaneza, le caporal Bayavuge, etc.

Pourquoi ces désertions ? Elles seraient consécutives à tout un ensemble de messages de réveil (d’éveil des consciences) comme celui-ci (traduit du Kinyarwanda par nos sources) : « Ainsi donc, celui qui en veut à un Hutu utilise un autre Hutu ? Réveillez-vous chers frères de peur que vous ne tombiez dans une rivière appelée étang. Ce qui fait mal c’est de voir que le CNDP et ses alliés tiennent toujours debout. Quel est le nombre des CNDP qui ne sont pas commandant dans l’armée ? Cela veut-il dire qu’eux n’avaient pas d’homme de troupe ? Savez-vous pourquoi le général Gwigwi a été arrêté ? Qui l’a fait arrêter ? Qui a tué à Tchivanga le colonel Nsabimana qui était parti à Bukavu chercher la solde des militaires ? De tels actes vont continuer car leur programme ne change pas. Ceux qui ont vu loin ont quitté. Ce piège, eux, ils l’ont vu depuis longtemps. Et vous, qu’en pensez-vous ? Pensez-y à temps les routes étant encore passantes. De peur que vous ne regrettiez les occasions perdues. Celui qui n’a pas entendu ce que lui disaient son père et sa mère en comprend qu’en prison. »

Voilà ! Pendant que ceux qui sont au front affirment que le programme des « tueurs tutsi » ne change pas, à Kinshasa, on applaudit au retour de la paix grâce à la diplomatie discrète du « raïs », disciple de Paul Kagame ! C’est-à-dire qu’on applaudit à la énième occupation du pays par l’infiltration des Interahamwe et autres militaires démobilisés de l’armée rwandaise dans « l’armée congolaise ».

Serons-nous plusieurs à comprendre le jeu de « l’ennemi » ? Peut-être qu’il faudra que nos éveilleurs restent constamment en alerte malgré les menaces et les intimidations. C’est vrai, « le petit reste » a compris. Mais face à la multiplication de chevaux de Troie, « les minorités » agissantes doivent elles aussi se multiplier. Il n’est pas mal que nous puissions lire et méditer cet autre message d’éveil des Hutu avertis : « Hutu Congolais, acceptez-vous ? Vous acceptez que l’ennemi continue à vous tromper d’exterminer vos frères ? Ce qui a mangé les autres ne vous oublie pas ! Aujourd’hui c’est eux (Ndrl :Interahamwe). Demain c’est vous.

Souvenez-vous de Magrivi, Kanyarwanda, Ngirira…. Celui qui a fait cela n’est parti nulle part. Ainsi donc vous avez une mémoire courte. Dès que l’essoufflement est passé, vous oubliez ce qui vous faisait courir. Serufuli, Mugabo, Bigembe, Seninga, Ngirira continuent à vous tromper et vous jeter dans les mains de l’ennemi alors que vous soyez ? Il n’y a rien que vous pouvez faire pour l’ennemi qui lui fasse plaisir plus que ceux que vous venez pourchasser et qui ont empêché la chute de son pouvoir depuis 1998 jusqu’en 2008. Ingratitude ! Voyez, vous allez périr ici. Ainsi son programme de saisir vos concessions. Vos enfants deviendront les berges de ses vaches. Pensez au moment actuel et mangez intelligemment. (…) D’ailleurs, celui qui a refusé d’entendre n’a pas refusé de voir.

Celui qui meurt alors qu’il a été averti c’est une antilope. Les oreilles dans lesquelles il y a la mort n’entendent pas. » Oui. Cela qui a fait cela, Kagame, n’est parti nulle part. Celui qui a massacré plus de 5000.000 millions de Congolais n’est parti nulle part. Congolais(es), avons-nous une mémoire courte ? Il n’a rien changé à son programme ! Muntu udi ufwa mwambila !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article