Dimanche 27 septembre 7 27 /09 /Sep 22:24

La scène se serait passée dans la capitale ougandaise en marge de la cérémonie d’accréditation du nouvel ambassadeur de la RD Congo à Kampala, le PPRD Charles Okoto.

«Le peuple congolais fait face à un ennemi invisible mais très coriace. Cet ennemi n’est autre que le Congolais lui-même.» Cette réaction désabusée, un brin alarmiste, d’un confrère kinois, dissimule à peine une colère contenue à la dimension du scandale.

De quoi s’agit-il ? Nommé le 25 juin dernier à la tête de la représentation diplomatique de la RD Congo auprès de la République ougandaise, Jean-Charles Okoto Lola Kombe a présenté, il y a plus ou moins un mois, ses lettres de créance au président Yoweri Kaguta Museveni.

Pour marquer l’événement, «Son excellence» Okoto, appelé affectueusement «Zeke» par ses intimes, a mis les petits plats dans les grands. Il a amené avec lui la chanteuse Tshala Muana et son groupe musical «Dynastie Mutuashi» afin d’agrémenter la réception prévue après cette cérémonie diplomatique. Jusque là, il n’y a rien à fouetter un chat.

Scandale

Depuis plusieurs jours, des photos obscènes circulent sur le «Net». A travers plusieurs clichés, on voit une femme africaine noire entrain de se trémousser dans un numéro de «danse du ventre». Vêtue d’une robe largement fendue, la danseuse est comme enivrée. Sur un autre cliché, on la voit les jambes écartées, exposant sciemment ses parties intimes. Elle ne portait pas de culotte encore moins le fameux "string". La prestation a manifestement été préméditée.

Renseignements pris, la danseuse dont question appartiendrait au groupe musical de la chanteuse Tshala Muana. Elle répondrait au doux nom de «MJ 30». Les images qui font le tour du monde auraient bel et bien été capturées dans une salle à Kampala lors de la soirée organisée à l’occasion de l’accréditation de Jean-Charles Okoto. «Tshala» était-elle au courant ? Quid de l’ambassadeur dont une des missions consiste précisément à défendre les intérêts non seulement matériels mais aussi moraux de son pays ?

"Incitation à la débauche"

A Kinshasa, une association, qui a requis l’anonymat, étudie avec des juristes la possibilité de citer en justice la chanteuse Tshala Muana pour «incitation à la débauche» et «exploitation d’êtres humains». Dans les milieux associatifs, on assure que cette affaire est loin d’être le premier du genre. «Un grand chanteur congolais disparu avait fait la même chose lors d’un concert à Malabo, en Guinée équatoriale, commente un activiste des droits humains. Ses danseuses baissaient de temps en temps leurs slips en montrant leurs poils pubiens». Il semble que les autorités n’auraient opposé aucune réaction à cette grave atteinte à la dignité de la femme congolaise.

Dans les milieux congolais de la diaspora, les photos du scandale suscitent une vive controverse sur la Toile. «Apres une honteuse humiliation nous infligée par l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, l’imposteur de Joseph Kabila et son valet Charles Okoto ont choisi a leur manière (musique et danse pornographique) de remercier le dictateur de l’Ouganda, en ridiculisant tout un peuple longtemps meurtri», écrit Julien Ciakudia, président de l’UPR (Union des patriotes résistants pour la libération totale du Congo). L’homme invite «les Congolais du monde entier à protester énergiquement contre l’immoralité qui gère notre destin au sommet de l’Etat du Congo.»

Par congo indépendant
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés