865 Angolais en situation irrégulière refoulés de Matadi

Publié le par Congo Indépendant

Une première vague de 865 Angolais dont le président de la communauté angolaise du Bas-Congo, son adjoint ainsi que des commerçants et autres hôteliers en situation irrégulière dans cette province, a été rapatriée mardi 6 octobre par la frontière congolo-angolaise de Noqi, en présence du représentant de la MONUC ainsi que des autorités de la ville de Matadi, d’une part, et des villes angolaises d’accueil, d’autre part.

Le maire adjoint de Matadi, qui dirige l’opération de ratissage des Angolais en situation irrégulière avec l’appui des éléments de la direction provinciale de la DGM (Direction générale des migrations) /Bas-Congo, a rassuré que tout était mis en œuvre pour le strict respect des droits de l’homme et des accords de partenariat conclus entre les deux pays en matière de refoulement de la population, notamment en informant au préalable son homologue de la province angolaise de Noqi.

Il a, en outre, rassuré les refoulés qu’ils pourraient regagner le Bas-Congo, province qu’ils ont choisie comme leur seconde patrie, après avoir régularisé leur situation conformément à la loi congolaise en la matière.

Pour sa part, le président provincial de la communauté angolaise au Bas-Congo a remercié les autorités congolaises pour le traitement humain, au regard des droits de l’homme, qui ont été respectés lors de l’opération de refoulement, avant d’émettre le vœu de voir les autorités des deux pays membres de la SADC mettre tout en œuvre pour harmoniser leurs rapports pour une cohabitation pacifique et durable des deux peuples unis par des liens séculaires de consanguinité.

Quant au consul d’Angola au Bas-Congo, Martins Fernades, il en a appelé à la conscience de ses compatriotes régulièrement installés dans cette province, les incitant à respecter les lois du pays hôte pour leur sécurité, avant de les rassurer de la volonté des autorités congolaises locales de les sécuriser durant tout leur séjour dans leur pays d’accueil.

Commenter cet article