Compte-rendu de la Convention du MLC Europe

Publié le par MLC Paris

Compte-rendu de la Convention du MLC Europe Nous, membres du MLC Europe (France, Norvège, Allemagne et Benelux) Réunis conformément aux textes du parti en Convention à Bruxelles du 23 au 24 janvier 2010 à l’initiative du bureau MLC Benelux  pour débattre du fonctionnement de notre parti avec la volonté de faire une halte et une autocritique constructive de la vie du Parti en fonction des enjeux futurs et aussi pour parler des poursuites intentées contre le Président National du MLC, M. Jean-Pierre BEMBA, par la Cour Pénale Internationale (CPI) ; Avons mis sur pied, pour répondre au cahier de charges de la Convention, trois commissions, à savoir La Commission politique La Commission Jean Pierre BEMBA La Commission « RDC » Voici ci-dessous la synthèse des débats commission par commission : La Commission politique La Commission politique a débattu et échangé autour des thèmes suivants : Causes des faiblesses constatées dans le fonctionnement du Parti ; Problématique de l’insécurité en RDC ; Prochaines échéances électorales ; Divers. Des débats, parfois houleux et passionnés, et des échanges sont ressortis les constats ci-après : La mauvaise gestion des ambitions; L’absence des débats d’idées sur des sujets cruciaux et la non prise en considération des propositions et stratégies initiées par les cadres, militants et autres sympathisants du Parti ; L’érosion, avec le temps, du capital de sympathie que le Parti avait au sein de la population congolaise aussi bien en RDC qu’à travers le monde, du fait d’un manque de visibilité ou des contacts de proximité et d’un défaut de lobbying; Une grande suspicion de corruption (achat des votes et des consciences dans le chef de certains cadres et élus du parti) témoignant ainsi de la dégringolade de l’éthique au sein de l’élite ; L’insécurité caractérisée par des arrestations arbitraires et extrajudiciaires, par des harcèlements de tout genre à l’encontre de l’opposition en plus des drames humains et sociaux que vivent les familles des victimes ; Notre désapprobation de la volonté du Gouvernement de ne pas prendre les dispositions matérielles et financières adéquates pour respecter le calendrier électoral. La Commission "Jean Pierre BEMBA" Les thèmes suivants ont préoccupé cette Commission : Du soutien au Président Jean-Pierre BEMBA ; Du mandat du Président du MLC ; De la fonction du Porte -parole de l’opposition. Après avoir passé en revue le dossier judicaire du Président Jean-Pierre BEMBA depuis son arrestation en date du 24 mai 2008 et depuis son transfert à la Cours Pénale Internationale en juillet de la même année, jusqu’aux dernières audiences, le MLC Europe déplore le caractère discriminatoire des poursuites intentées contre sa personne. Après débats et échanges, il s’est dégagé les constats suivants : L’extinction progressive de la voix du Parti, notamment celle de toutes ses structures et de ses membres, dans le combat pour continuer à dénoncer haut et fort le caractère inique des poursuites engagées contre son Président par la CPI ; L’essoufflement du soutien des masses populaires au Président National du MLC injustement incarcéré; L’absence de coordination et mauvaise canalisation des initiatives des structures spécialisées du MLC et de celles de ses sympathisants en rapport avec le soutien apporté ou à apporter à Jean-Pierre BEMBA ; La réaffirmation sans équivoque de la validité du mandat de Jean-Pierre BEMBA comme Président National du MLC, mandat allant, conformément aux Statuts du Parti, de 2006 à 2011. Immobilisme de certains cadres et élus du parti suspectés de connivence avec le régime en place. La Commission « RDC » Cette commission a axé ses réflexions sur les thèmes ci-après : Le MLC est-il une alternative crédible au pouvoir en place ? Corruption et insécurité publique ; Aliénation et destruction des biens de l’Etat. Les débats et échanges ont donné lieu aux constats suivants : III.1. Le MLC est-il une alternative crédible au pouvoir en place ? En prêchant par la différence, l’on propose la mise en place des mécanismes pour défendre la place incontestable du MLC comme premier parti de l’opposition institutionnelle et comme deuxième force politique sur l’échiquier national et donc véritable alternative au pouvoir en place. Cependant le parti est gangrené par : La mauvaise gestion des cadres du Parti, la résurgence du clientélisme, des clubs d’amis, du trafic d’influences, du tribalisme et autres pratiques du genre incompatibles avec un Parti moderne à dimension nationale et internationale ; L’existence des circuits parallèles aux structures du Parti handicapant ainsi la transmission et la circulation hiérarchisée de l’information et brouillant la compréhension de la base sur la ligne directrice du Parti ; C’est pourquoi il faut une prise de position claire de nos membres dans les institutions face aux enjeux de l’heure en RDC et à l’incapacité du pouvoir en place de résoudre tant soit peu les problèmes auxquels la population est confrontée.     III.2. Corruption et insécurité publique La dénonciation de l’état de ni paix ni guerre dans laquelle la RDC est installée à l’est sans que le Gouvernement n’affiche la ferme volonté d’y mettre un terme. III.3. Aliénation et destruction des biens de l’Etat La commission déplore le non respect généralisé des biens publics, non respect qui se traduit par la destruction et/ou l’aliénation de ces biens au détriment de la communauté nationale. A la lumière de tout ce qui précède, Nous, Cadres, Militants et Sympathisants du MLC/Europe, conformément aux statuts et au règlement d’ordre intérieur du Parti, pour la bonne marche de ce Parti et dans l’idée de resserrer nos rangs afin de nous présenter sereins et en ordre de bataille en vue des échéances futures, recommandons ce qui suit : Le MLC Europe note qu’à ce jour le problème de candidat porte-parole de l’opposition ne se pose pas car Jean-Pierre BEMBA demeure le seul porte-parole de l’opposition ; Le MLC doit jouer son rôle d’opposant au pouvoir ; La création d’un poste de secrétaire national adjoint de la coordination MLC extérieur, résidant à l'étranger, afin qu’il rétablisse un contact permanent entre la diaspora et le comité exécutif national du parti; Suggérer à nos Parlementaires l’élaboration d’une loi d’amnistie inclusive ; En prévision des échéances électorales futures (locales, municipales et présidentielles), ayant à l’esprit le non respect du calendrier électoral précédent, demandons à nos Parlementaires de remettre à jour le projet financier relatif à ces échéances mis de côté par le pouvoir, afin de prendre la nation et la communauté internationale à témoin de l’incapacité préméditée du Gouvernement. Dès lors le MLC devra se préparer à prendre des initiatives et à être partie prenante à toutes les négociations qui mettront les institutions de transition. Au cas où il n’y aurait pas élections, le MLC Europe se référera au Comité National du Parti pour directives ; Mise en place d’un bureau permanent du suivi du dossier de Jean-Pierre BEMBA en contact direct avec l’intéressé ; Organisation d’une grande marche de soutien avant le 27 avril 2010 à travers le monde et si possible à la Haye ; Mobilisation et sensibilisation des masses dans les différents media ; La création d’un fond d’assistance pour appuyer les structures spécialisées et autres ONG en vue de soutenir tous les camarades combattants et cadres du Parti qui croupissent encore dans les geôles du pouvoir kabiliste ; Addenda Suggérer au Secrétaire Général la convocation du Congrès à une date à arrêter ; Création d’une caisse de cotisation pour l’entraide mutuelle des membres.   Fait à Bruxelles le 24 janvier 2010 Pour la Convention MLC France   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article