Les réfugiés venus de Dongo se trouvent dans une situation "épouvantable"

Publié le par Kayembe Lukengu

Le président congolais, Denis Sassou Nguesso, a jugé "épouvantable" la situation humanitaire des 110.000 ressortissants de la RD Congo réfugiés dans le nord du Congo voisin, et souhaité leur retour chez eux le plus vite possible. "Il y a une situation difficile dans la province de l’Equateur en RDC et on a vu des populations traverser l’Oubangui pour trouver asile dans la préfecture de la Likouala", a dit le président Sassou Nguesso dans un entretien accordé à l’AFP et RFI en marge du 14e sommet de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba. Il a estimé à 110.000 le nombre de personnes déplacées qui viennent d’Equateur "pour une population autochtone qui tourne autour de 100.000 personnes. "Donc la situation est grave et sérieuse. Nous tentons d’assumer", a-t-il dit. "Ces populations déplacées et les autochtones vivent dans une situation épouvantable au niveau de la santé, de l’alimentation et même de la sécurité. Cette situation ne peut pas perdurer, elle est insupportable", a-t-il souligné. "Il est hors de question que ces populations restent indéfiniment dans cette situation", a-t-il ajouté. D’après le Haut Commissariat pour les Réfugiés de l’ONU (HCR), quelque 107.000 personnes se sont réfugiées dans la région de la Likouala pour fuir les violences interethniques qui ont secoué entre octobre et décembre la région de l’Equateur, dans le nord-ouest de la RDC. "Il faut tout faire pour que ces populations rejoignent la RDC dans les meilleures conditions possibles", a estimé le président Sassou. Installées dans des conditions très précaires le long du fleuve Oubangui, qui marque la frontière entre le Congo et la RDC, ces réfugiés ne sont pour la plupart accessibles que par voie fluviale. Le 9 janvier, la France a annoncé l’octroi d’une aide financière de 200.000 euros au Programme alimentaire mondial (PAM) "pour la distribution de l’aide alimentaire d’urgence". Une subvention de 200.000 euros a aussi été accordée à l’association Acted (Agence de coopération technique et de développement) pour distribuer notamment des moustiquaires aux réfugiés. Les Etats-Unis ont également décidé d’apporter une aide de 4,6 millions de dollars.

Commenter cet article