MISE AU POINT DES INSURGES DE DONGO

Publié le par Apareco

 

RDC / Province de l’Equateur :

MISE AU POINT DES INSURGES DE DONGO

Pendant que le gouvernement congolais s’

 

attèle activement et comme d’habitude, à masquer par tous les moyens son incapacité à stabiliser la RDC, les insurgés de Dongo refont parler d’eux. Ils viennent de faire parvenir à l’oeil du Patriote un nouveau message. Une mise au point qui prouve que la poignée d’hommes qui croient « maitriser la situation »à partir de Kinshasa n’est pas encore au bout de leurs peines…

La rédaction/ L’OEIL DU PATRIOTE

================================================================================

A monsieur le Rédacteur en chef de l’Oeil du patriote,

Au nom de tous les combattants de notre organisation, je voudrais vous remercier pour avoir répercuté notre message relatif à la situation exacte qui se passe sur le terrain. Cela étant, permettez que je vienne une fois de plus solliciter votre puissant canal de diffusion, afin de replacer dans leur véritable contexte la

 

situation exacte sur le terrain à Dongo. Qu’il vous souvienne que dans ma correspondance antérieure, j’avais fait état des négociations que le général Benjamin Alongaboni avait entreprises avec les chefs coutumiers. D’abord à Gemena où cela n’avait pas abouti. Puis à Kungu, où il se trouvait encore au moment où je vous écrivais.

Grande a cependant été notre surprise d’apprendre ce lundi 09 novembre le ministre Lambert Mende débiter sur RFI, de nouvelles sornettes à l’endroit de la communauté tant nationale qu’internationale. En effet, pour mémoire, ce ministre passé maître dans l’art du mensonge, a prétendu que la Police ou ce qu’il prétend en être, aurait pris d’assaut la localité de Dongo qu’elle aurait conquise, et qu’elle aurait arrêté une centaine de jeunes drogués qui seraient actuellement sous interrogatoire, avant d’être déférés en

justice. L’OEIL DU PATRIOTE 2 www.aparecordc.org L’OEIL DU PATRIOTE RDC : Kozanga koyeba ezali liwa lya ndambu

La présente, qui a pour but de rectifier ces mensonges indignes d’un ministre de la République, voudrait

mettre le sieur Mende au défi de dire si les affrontements ont duré combien d’heures entre l’armée et nos vaillants éléments. Qu’il révèle les effectifs engagés par l’armée sur le terrain, ainsi que leur unité de provenance. Je lui demande également de donner le bilan exhaustif des affrontements qui auraient permis à l’armée de conquérir Dongo.

Par ailleurs, il serait intéressant que monsieur Mende dise à l’opinion ce qui a changé pour que des

militaires et non pas seulement de policiers qui faisaient dans leur froc à la seule évocation du nom Dongo, pour qu’ils s’engagent au combat comme de braves soldats. Et pis, pour qu’ils conquièrent une localité qui, quelques jours auparavant, était devenu leur pire cauchemar.

Pour notre part, nous aimerions dire à l’opinion que c’est pour des raisons purement tactiques que nous

nous sommes retirés volontairement de Dongo. En effet, les efforts consentis par le général Alongaboni avaient fini par convaincre nos sages de la nécessité pour nous de nous retirer, afin de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à ceux de nos parents qui en ont vraiment besoin. Rien d’autre. Pour le reste, monsieur Mende serait surpris d’apprendre nos effectifs réels, notre arsenal récupéré sur l’ennemi, ainsi que notre sens d’organisation. Mais, comme vous pouvez l’imaginer aisément, nous préférons garder tous ces détails secrets.

Toutefois, nous déplorons l’amateurisme de monsieur Mende ainsi que son imprudence. En effet, ses

déclarations tonitruantes ont été faites au moment où une délégation officielle du gouvernement centrale s’apprêtait à se rendre à Dongo, localité que nous avons quittée de notre propre gré pour des raisons purement humanitaires. Or, par ses déclarations, monsieur Mende met en danger les vies de ces officiels. S’il nous prenait l’envie de refaire surface, aucun d’entre eux ne pourrait même avoir le temps de sauter dans une pirogue pour gagner le Congo Brazzaville. Mais, nous ne sommes pas des bandits.

Toutefois, nous surveillons de très près les mouvements, les faits et gestes, ainsi que les propos que les

 

uns et les autres tiendront durant leur séjour à Dongo .Qu’ils sachent qu’aucun habitant de Dongo n’est avec eux. Tous sont nos sources, marchent avec nous, et se feront le plaisir de nous rapporter tout. Absolument tout. Et c’est alors que nous déciderons de la suite des événements.

En conclusion, tout est donc entre les mains de la délégation officielle attendue incessamment à Dongo .Mais nous ne tolérerons aucune provocation .Que les uns et les autres sachent que

 

Dongo risque d’être pour eux une souricière.

A bon entendeur, salut.

Dans les environs de Dongo, le 10 novembre 2009

Ambroise LOBALA MOKOBE

Correspondance particulière

Commenter cet article