Préoccupation de Jed au sujet de la mise en place du CSAC

Publié le par congo indépendant

Kinshasa, 08 fév (APA) - Journaliste en danger (JED), une Ong de défense des droits de professionnels de médias, s’est dit préoccupé face au flou artificiel et à toutes les manœuvres dilatoires frisant la tricherie, qui entourent le processus de la mise en place effective du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) et de désignation de ses membres, dans un communiqué reçu le week-end à l’APA..

JED note que plus d’un mois après sa promulgation personne n’a vu cette loi censée pourtant être du domaine public.
«Journaliste en danger (JED) continue de remuer, en vain, ciel et terre pour se procurer une copie de la loi ainsi promulguée. Aucune trace de cette loi n’est visible ni au Cabinet du Président de la république, ni sur le site de la Présidence de la République, et moins encore au bureau du Journal officiel.
JED rappelle que dès l’instant où cette loi promulguée par le chef de l’Etat dispose qu’elle entre en vigueur à la date de sa signature, rien ne peut justifier toutes les manœuvres de mystification et de sa rétention qui constituent des atteintes au droit du public à l’information.

S’agissant de la composition du CSAC, l’article 24 de la Loi dispose que le Conseil sera composé de 15 membres désignés de la manière suivante :

- 1 membre par le Président de la République ;

- 2 membres par l’Assemblée Nationale (1 pour la majorité et 1 pour l’opposition)

- 2 membres par le Sénat (1 pour la majorité et un pour l’opposition)

- 1 membre par le gouvernement

- 3 membres par les associations professionnelles des médias (radio, télévision, presse écrite)

- 1 membre du secteur de la publicité ;

- 1 membre par le Conseil supérieur de la magistrature ;

- 1 membre par le Conseil de l’ordre des avocats ;
- 1 membre par les associations des parents d’élèves et étudiants ;
- 2 membres par les associations de défense des droits des professionnels des médias

JED considère qu’au regard de cette composition hétérogène du Conseil, l’autorité chargée de la mise en application de cette Loi devait immédiatement engager des concertations avec les différentes Institutions et associations concernées afin que chacune puisse désigner ses représentants en toute transparence, et en tenant compte des critères d’expertise dans le secteur et de la représentation nationale.

Ce qui jusqu’à ce jour n’a pas été fait du fait que le texte de loi semble avoir été sciemment caché pour faciliter toutes sortes d’intrigues, note le communiqué.

Face à toutes ces manœuvres, C’est pourquoi JED en appelle à la vigilance de tous les professionnels des médias et des Institutions concernées dans la composition et la constitution du Conseil, conclut le communiqué.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article