Où était passé Vital Kamerhe ?

Publié le par congo indépendant

Après l’entrée des troupes rwandaises sur notre sol au mois de janvier 2009, Vital Kamerhe, alors président de l’Assemblée nationale avait manifesté sa désapprobation sous forme d’étonnement. Il avait dit que s’il s’avérait que l’entrée des troupes rwandaises sur notre sol sans que le Parlement en ait été informé était un fait réel, cela allait être grave. Vital était-il prophète ? Ce qu’il avait prédit s’était réalisé : Umoja Wetu n’a pas été un succès et nos populations ont payé un lourd tribut de cette opération entre les troupes de l’armée rwandaise, les démobilisés de cette armée opérant sur notre sol et ce qu’il nous reste des FARDC.

Kamerhe dégommé de la tête de l’Assemblée nationale a gardé un silence inquiétant sur la suite des événements après Umoja Wetu. Il se serait retiré en Afrique du Sud pendant tout un temps (pour re-apprendre l’Anglais et la politique ?) et aurait même fait faux bond à « ses amis et ses vieux » de l’Assemblée nationale. Certains de ces derniers ont été déçus du comportement de « leur ami ». Et tout à coup, Vital annonce sa tournée au Canada. Il affirme qu’il est prêt à répondre à toutes les questions qui lui seront posé. Mais pourquoi maintenant ?

La campagne électorale a déjà commencé. Vital va faire semblant d’initier une nouvelle voie en rupture avec « son frère et ami Joseph » pour enfin lui offrir, sur un plateau, les voix des Congolais qui croient encore en ses qualités de fin communicateur. Du côté de certains parrains occidentaux, il semble être le meilleur candidat pouvant succéder à « Joseph ». Mais selon certaines sources, Vital serait prêt à soutenir « Joseph » en 2011 pour qu’à son tour, « Joseph » le soutienne en 2016. Ceux d’entre nous qui lisent savent que Kamerhe se confiant à Jeune Afrique avait avoué que son modèle en politique étaitNicolas Sarkozy ; il pense à la présidence sans en parler. Et quand on sait que c’est Vital Kamerhe qui « a choisi Joseph Kabila » et l’a présenté à notre peuple comme l’unique candidat valable pour diriger notre pays, le scénario du soutien à « Joseph » en 2011 et à « Vital » en 2016 est vraisemblable.

Aller au Canada, ce « paradis juridique » des entreprises multi et transnationales pillant notre pays semble être un signal fort : Vital a choisi son camp, le camp des impérialistes et de la petite bourgeoisie compradore.

Faut-il compter sur un pareil politicien pour la relève du Congo demain ? Non. Kamerhe nous paraît beaucoup plus dangereux que Joseph Kabila en tant que « nègre de service ».

Il est urgent que nos compatriotes comprennent que ce genre d’individus devrait, une fois pour toutes, être mis hors d’état d’agir. Comme « Maradona », il croit encore à sa capacité de dribbler tout un peuple. Mais cela tombe mal : l’éveil de conscience de nos « petits restes » va faire échec à la ruse de tous ces messieurs qui estiment qu’ils sont les plus intelligents d’entre nous. Isolé du monde « affairiste » opérant aux côtés de « Joseph », Kamerhe aura sur sa route, à partir des Kivus, des compatriotes vertébrés, mieux outillés et beaucoup plus soucieux d’un avenir autre pour nos populations que celui qui a écrit un livre pour justifier son choix de « Joseph Kabila ».

Il est urgent que la mise du tandem Vital-Joseph hors d’état d’agir procède des actions multiformes des résistants Congolais ne jurant plus que par le renversement des rapports des forces dans la balance des parrains dudit tandem.

De toutes les façons, il sera difficile à ce tandem de continuer de mentir à nos populations dans les deux ou trois mois à venir.

Au moment opportun, nous parlerons de l’alternative à ce tandem sur la place publique et en toute humilité. « Les petits restes » ont compris qu’il fallait une autre politique que de reprendre les mêmes et de recommencer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article