Dongo : nouveaux combats entre les FARDC et les PRC

Publié le par Congo indépendant

Des sources diplomatiques à Kinshasa rapportent que des combats ont opposé les forces gouvernementales, appuyées par des soldats onusiens, aux «Patriotes-résistants du Congo».

Selon ces sources, des combats «extrêmement violents» ont opposé les FARDC aux combattants PRC, dans la nuit du jeudi 31 décembre 2009 au vendredi 1er janvier 2010, dans la localité de Mobambo, située à 65 kms au Sud de Dongo.

Citant une source militaire FARDC, des diplomates en poste à Kinshasa indiquent que douze soldats loyalistes ont été grièvement blessés lors de ce «clash». Et que 157 "insurgés", autrement dit les «Patriotes-résistants du Congo» (PRC), auraient été tués. Cette information n’a pas été confirmée par des sources indépendantes.

«Cent cinquante-sept combattants, c’est plus qu’une compagnie. C’est un bilan fantaisiste destiné à démoraliser les PRC, commentait un officier ex-Faz joint au téléphone, vendredi soir, à Bruxelles.» Pour lui, il est difficile de décimer autant d’hommes au cours d’un seul combat sauf en cas d’embuscade. «Même un profane en matière de l’art de la guerre ne peut croire en un tel bilan», a-t-il ajouté.

Selon des sources à Gemena, des hélicoptères de la MONUC ont évacué les militaires blessés vers l’hôpital général de cette ville. On apprenait que des véhicules de la MONUC ont déployé une centaine de soldats FARDC à Mobambo. Ceux-ci venaient de Dongo, précisent ces sources.

Au cours d’un point de presse, mardi 29 décembre, à Kinshasa, le ministre congolais de la Communication et des médias, Lambert Mende Omalanga, avait annoncé la fin de ce qu’il appelait l’«aventure macabre». Selon lui, le bilan des combats commencés fin octobre est d’«au moins 270 personnes tuées, dont 187 civils» Mende parut minimiser ces événements en continuant à évoquer «un conflit intercommunautaire».

La situation est loin d’être aussi simple. A suivre

Commenter cet article